Trésor de Médecine Forum des Étudiants en médecine, chirurgie dentaire et pharmacie

L'actualité Médicale

Déficit en vitamine D et diabète de type 2, une liaison fatale ?

par Admin » Sam 13 Nov 2010 11:27

Déficit en vitamine D et diabète de type 2, une liaison fatale ?

Certains travaux ont associé aux faibles taux de vitamine D, une augmentation du risque cardiovasculaire ainsi que de la mortalité toutes causes et de cause cardiovasculaire en population générale. D'autres, menés chez des sujets atteints de néphropathie chronique principalement non diabétique, ont relié faibles taux de cette vitamine et risque accru de décès toutes causes et par maladie cardiovasculaire, et suggéré le rôle du déficit vitaminique D dans la progression vers l'insuffisance rénale terminale (IRT). Enfin, il a été également mis en évidence dans la population générale un lien inverse entre le taux de vitamine D et prévalence de l'albuminurie. Le diabète étant la cause première d'IRT dans les sociétés occidentales, et une cause majeure de décès par complications cardiovasculaires, des auteurs danois ont évalué, chez des patients diabétiques, la relation entre taux de vitamine D et mortalité (toutes causes et de cause cardiovasculaire), ainsi que le lien entre ce déficit et la progression de la micro- ou de la macroalbuminurie.

Ils ont pour ce faire suivi une cohorte de 289 patients atteints de diabète de type 2, âgés de 54 ± 9 ans en moyenne, parmi lesquels, à l'inclusion, 172 étaient normoalbuminuriques (excrétion urinaire d'albumine, EUA < 30 mg/24 h), 73 avaient une microalbuminurie (EUA de 30 à 299 mg/24 h) et 44 une macroalbuminurie (EUA >= 300 mg/24 h). Les taux plasmatiques de 25-hydroxyvitamine D3 [25(OH)D3) ont été dosés à l'entrée dans cette étude longitudinale observationnelle, le déficit sévère en cette vitamine étant défini par un taux inférieur au 10e percentile (< 13,9 nmol/l).

Les taux médians de 25(OH)D3 étaient de 37,5 nmol/l (5-136,7 nmol/l). Ils ne sont apparus associés ni à l'âge ni au sexe, ni encore au débit estimé de filtration glomérulaire (DFG) et au taux d'EUA, ni même au taux initial d'hémoglobine glyquée (HbA1c), mais une association, faible, a été relevée entre taux vitaminiques D au-dessous de 13,9 nmol/l et pression artérielle systolique élevée.

Au cours d'un suivi médian de 15 années (0,2-23 années), jusqu'au 31 décembre 2009 (ou jusqu'au décès, ou, pour 3 patients, jusqu'à la date d'émigration), 196 patients (68 %) sont décédés.

L'analyse met en évidence :
- une association entre déficit sévère en vitamine D et augmentation de la mortalité toutes causes : 86 % des diabétiques ayant des taux de 25(OH)D3 inférieur à 13,9 nmol/l sont décédés vs 66 % de ceux dont les taux vitaminiques D atteignaient ou dépassaient 13,9 nmol/l (p < 0,01). Après ajustements, notamment sur la durée du diabète, le DFG, les taux d'EUA, d'HbA1c, les facteurs de risque cardiovasculaire conventionnels, le ratio de risque était de 2,03 (IC à 95 % 1,31-3,13).
- une association entre déficit sévère en vitamine D et accroissement de la mortalité cardiovasculaire (ratio de risque : 1,90 IC à 95 % 1,15-3,10).
En revanche, elle ne laisse pas apparaître de lien significatif entre taux de 25(OH)D3 et progression de la micro- et de la macroalbuminurie.

Cette étude, qui a notamment pour atouts son caractère longitudinal et la longue durée de suivi, suggère que de très faibles taux de vitamine D plasmatiques, inférieurs au 10e percentile, seraient, chez les patients atteints de diabète de type 2, prédictifs de la mortalité toutes causes et de la mortalité de cause cardiovasculaire. Les associations observées se sont avérées indépendantes non seulement du contrôle glycémique et des facteurs classiques de risque cardiovasculaire, mais aussi de la fonction rénale. L'étude, observationnelle, ne permet cependant pas de conclure à une association causale. Elle n'a en outre pas pris en compte les variations possibles des taux de vitamine D au cours de l'année et n'a effectué d'ajustements ni sur la saison ni sur les activités extérieures. C Joergensen et coll. insistent sur le besoin d'études complémentaires pour confirmer ces résultats, et de preuves d'un lien causal entre déficit en vitamine D et survie des diabétiques de type 2, par la mise en oeuvre d'essais randomisés contrôlés.

Source: Jim

Empty promises always fade away...
Avatar de l’utilisateur
Admin
Administrateur du site
 
Messages: 474
Inscription: Dim 19 Sep 2010 20:45


Retourner vers L'actualité Médicale

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message


  • Voir les nouveaux messages
  • Voir les messages sans réponses
  • Qui est en ligne
  • Au total il y a 1 utilisateur en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 1 invité (d’après le nombre d’utilisateurs actifs ces 5 dernières minutes)
  • Le record du nombre d’utilisateurs en ligne est de 87, le Mer 8 Avr 2015 22:21
  • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité